La fumure organique

Le Burkina Faso est un pays dont l’agriculture demeure un maillon essentiel de l’activité économique. Cependant, la pauvreté des sols handicape énormément la production agricole et par conséquent l’atteinte de l’auto suffisance alimentaire. Cette pauvreté des sols se traduit depuis quelques années par une baisse des rendements agricoles. En effet, ces sols sont marqués par une pauvreté en éléments nutritifs tel que le phosphore l’azote et le potassium. Cette situation est aggravée par certaines pratiques agricoles comme l’agriculture itinérante et extensive toujours en vigueurs. Par le prix des engrais chimiques reste élevé pour la majorité des agricultures burkinabés. Par ailleurs ces engrais à eux seuls ne suffisent pas à la restauration de la fertilité des sols et causent même des dommages à l’environnement et des problèmes sanitaires aux populations lorsqu’ils sont mal utilisés. C’est pour limiter les effets néfastes des engrais chimiques et des pesticides que l’Association pour la Recherche et la Formation en Agro écologie (ARFA) s’investit dans la promotion de l’agriculture biologique au Burkina Faso. En partenariat avec les paysans et les instituts de recherche, elle a mis au point des techniques de production de compost amélioré et expérimente actuellement l’utilisation de pesticides naturels à base de neem.