« Les acteurs de l’agro-écologie sont en deuil »

Pierre Rhabi, l’enfant du Sahel, ce militant de l’agroécologie était admiré par tous les acteurs de la communauté de l’agroecologie et par de de nombreuses personnalités.On peux donc constater sur toutes les toiles des messages en sa mémoire.

Dès le début des années 80, Pierre Rabhi sensibilise de nombreux burkinabé aux techniques agroécologiques. Il développera le Centre Agroécologique de Gorom-Gorom situé en pleine zone sahélienne pour former des milliers de paysans et techniciens entre 1985 et 1988. A l’époque le Président Thomas Sankara, très attaché à l’objectif d’autosuffisance alimentaire, le convoque à Ouagadougou pour lui confier les manettes du développement agricole du pays. L’agroécologie allait donc pouvoir devenir le fer de lance d’une nouvelle politique agricole, mais la disparition du président en 1987 mettra soudainement fin à cet élan. Mais ces enseignements ont porté des fruits et il continuent d’ inspiré pas mal d’acteurs de l’agroécologie au Burkina.

Né en 1938 au Sahara algérien, il s’était installé en 1961 dans une ferme du Sud de la France. Il restera comme l’un des pionniers de l’agroécologie pratique agricole visant à régénérer le milieu naturel en excluant pesticides et engrais chimiques.

Père de cinq enfants, il a partagé son temps entre interview, animations de conférences et rédaction d’ouvrage, dont l’une d’elle « Vers la sobriété heureuse » vendu a 460.000 exemplaire.

Repose en paix Au-revoir #enfant du Sahel.

 »l’Agro écologie peut nourrir la planète. Plus qu’une pratique agricole, l’agroecologie est une philosophie de vie, favorisant une agriculture humaine, plus respectueuses des hommes, des animaux et de la nature ». Pierre Rabhi

Share
Bibata DAO

Chargée des Ressources Humaines