Productions végétales au BF: Les acteurs échangent sur la transition agroécologique

Le ministère de l’Agriculture et des aménagements hydro-agricoles a initié le mercredi, 11 mars 2020, à Ouagadougou, un atelier d’échanges et de partage d’expériences sur la transition écologique au Burkina Faso. C’est le secrétaire général du ministère Dr Lamourdia Thiombiano, qui a présidé la cérémonie d’ouverture.

La campagne agricole burkinabè est régulièrement marquée par des déficits de production. Parmi les causes, il y a la dégradation des sols et les effets néfastes du changement climatique. Conscient de cet état de fait, le Burkina Faso a décidé d’adopter l’agroécologie. Cette initiative vise à permettre aux producteurs d’augmenter leurs revenus. C’est pour mieux appréhender cette alternative que le ministère de l’Agriculture et des aménagements hydro-agricole a initié l’atelier de ce mercredi, 11 mars 2020, à Ouagadougou. Objectifs de cette concertation : « partager entre acteurs, les riches expériences en matière d’agro-écologie » et « permettre d’amorcer le processus d’intégration des pratiques agroécologiques dans les politiques publiques ».

Des ONGs, des techniciens, des associations sont venus à la rencontre. C’est le secrétaire général du ministère Dr Lamourdia Thiombiano, qui a présidé la cérémonie d’ouverture. Il a reconnu que de nos jours, les approches agroécologiques, en tant que paradigme de l’agriculture durable constituent une alternative potentielle et réelle pour valoriser et sauvegarder les ressources productives au bénéfice des générations futures. Il en veut pour preuve qu’en Afrique subsaharienne, de nombreuses études ont montré que l’agroécologie peut contribuer à l’emploi, à la sécurité alimentaire et à la restauration des ressources et des services écosystémiques.

Il a également noté que divers acteurs interviennent dans l’agroécologie dans plusieurs catégories d’initiatives. Seulement, même si elles sont prometteuses, ces initiatives restent cantonnées à des échelles réduites. En plus, les approches diffèrent d’un acteur à un autre. C’est pourquoi, le dialogue inclusif et permanent pour une meilleure compréhension du concept est nécessaire. Dr Lamourdia Thiombiano s’est dit confiant quant aux bons résultats qui sortiront de cet atelier.

Lefaso.net

Share